Les remarquables prestations de 2016 motivent Belgocontrol pour le futur

L’entreprise nationale du contrôle aérien Belgocontrol n’a pas seulement enregistré un excellent score sur le plan de la sécurité en 2016 ; les autres résultats opérationnels et financiers sont également très bons. Sur base des chiffres compilés dans le rapport annuel, Belgocontrol place la barre haut pour les années à venir.

Mercredi 5 juillet 2017


Ces dernières années, Belgocontrol a remis de l’ordre dans ses finances. Ceci a permis de procéder à des investissements tant dans les systèmes qu’en personnel. Investissements  qu’il avait fallu reporter jusqu’alors. Ces investissements commencent à porter leurs fruits et encouragent l’entreprise à continuer sur cette voie. 


La sécurité garantie

En 2016, Belgocontrol a remarquablement rempli sa mission première : garantir la sécurité du trafic aérien dans et au-dessus de notre pays. Sur 1.040.994 mouvements, il ne s’est produit aucun incident de catégorie A (‘grave’) ni B (‘important’) engageant la responsabilité de Belgocontrol. Ce résultat exceptionnel a pu être réalisé grâce au professionnalisme des contrôleurs aériens, des techniciens et de l’ensemble du personnel. Il prouve que pour Belgocontrol la sécurité est la priorité absolue.

Les attentats du 22 mars ont infligé un sérieux revers au secteur aérien belge. L’aéroport national est resté fermé pendant plusieurs jours. Le trafic aérien dans notre pays a diminué dans les mois suivants, impactant fortement le nombre de mouvements gérés par Belgocontrol. C’est Brussels Airport qui a logiquement été le plus directement et durement touché : la baisse du trafic aérien y a atteint 6,54%.

Sur les aéroports régionaux les compagnies aériennes développent de plus en plus de vols commerciaux, tandis que le nombre de vols effectués avec de petits avions diminue. Ce qui, pour Belgocontrol, se traduit par davantage d’unités de service, calculées entre autres sur le poids de l’avion. 

La baisse du trafic aérien en survol et en approche a été très limitée : Belgocontrol a enregistré en 2016 un total de 565.573 mouvements pour ce type de trafic, soit un recul de 0,6% par rapport aux 569.043 mouvements de 2015. 


Des finances qui restent saines

En 2016, Belgocontrol a réalisé un bénéfice de 26,4 millions d’euros, contre 24,7 millions en 2015. De cette manière, les pertes structurelles du passé continuent à être résorbées progressivement. Alors qu’elles étaient encore de 60,9 millions d’euros en 2013, les pertes cumulées ont été ramenées à 8,8 millions en 2016.

Malgré les conséquences des attentats du 22 mars, le chiffre d’affaires a augmenté de 4%. Cela s’explique essentiellement par les survols dans l’espace aérien belge (vols ‘en route’). Simultanément, Belgocontrol est parvenue à respecter l’exigence convenue au sein du FABEC de faire baisser le Determined Unit Rate. De 61,79 euros en 2015, il est passé à 60,95 euros en 2016.


Des investissements rentables

Les excellents résultats engrangés sont dus à l’exécution du plan d’investissement qui prévoit 97 millions d’euros jusque 2019 inclus. Des systèmes et des procédures ont également été actualisés et les recrutements ont été effectués comme prévu.

À Liège (Instrument Landing System) et à Charleroi (Performance Based Navigation), des investissements ont été effectués dans les différents systèmes d’atterrissage. Ces deux aéroports vont également été équipés d’un A-SMGCS (Advanced Surface Movement Guidance and Control System) pour le guidage du trafic au sol. À Florennes, c’est un nouveau radar d’approche qui a été installé. L’entreprise a également continué à investir dans le système Eurocat pour CANAC 2.

En 2016, Belgocontrol et la Défense ont publié pour la première fois une AIP commune (Aeronautical Information Publication) compilant en un seul document des informations aéronautiques tant civiles que militaires. La documentation aéronautique unifiée de Belgocontrol et de la Défense est une concrétisation de la collaboration entre les deux organisations, qui s’est pérennisée l’an dernier par un accord formel.

Afin de pouvoir continuer à garantir le contrôle aérien, même en cas de problèmes imprévus, des conventions ont été signées avec d’autres organismes de contrôle aérien. Ainsi, dans de tels cas, le prestataire français, la DSNA,  prendrait le relais pour Charleroi ; et la DFS allemande ferait de même pour Liège. Pour Ostende, un accord a été conclu en 2017 avec NATS (au Royaume-Uni). Pour Bruxelles et Anvers, des négociations sont en cours.
De son côté, Belgocontrol a renforcé sa collaboration avec le Luxembourg où elle continue à gérer une partie du trafic aérien.

Belgocontrol renforce également ses effectifs : 57 nouveaux collaborateurs ont rejoint l’entreprise en 2016 ; 28 candidats contrôleurs aériens ont commencé leur formation. Entretemps, les premiers lauréats du précédent recrutement d’aiguilleurs du ciel sont en service effectif. 


Un rôle sociétal

Belgocontrol estime qu’il est important de vivre en bon voisinage avec les riverains des aéroports. C’est pourquoi l’entreprise a déjà pris plusieurs initiatives afin de vérifier comment minimiser l’impact de ses activités et d’informer autant que possible toutes les parties prenantes. 

Ainsi, Belgocontrol a conclu l’an dernier des accords de coopération avec les universités d’Anvers et de Leuven pour effectuer une analyse de sous-domaines spécifiques de son organisation, entre autres les aspects humains influençant le travail du contrôleur aérien. Récemment (juin 2017), un accord a été conclu avec l’Université libre de Bruxelles (ULB). Forte de ces éclairages scientifiques, Belgocontrol ne peut qu’optimiser son fonctionnement. 

2016 a aussi été l’année de la ‘percée’ des CDO (Continuous Descent Operations) dans nos aéroports. Les atterrissages verts ont connu un succès croissant à Brussels Airport (70% des atterrissages ont été des CDO) et la procédure permettant leur application a été mise au point pour les aéroports de Liège et de Charleroi. Depuis février, un projet d’atterrissages en CDO y est en phase de test, en collaboration avec plusieurs compagnies aériennes.

La sécurité est inhérente à Belgocontrol et à tous ses collaborateurs. Ils sont encouragés à signaler tout incident y afférent, de manière à pouvoir en tirer les leçons nécessaires pour l’avenir. S’il n’y a pas eu de faute volontaire dans le chef du collaborateur lors de l’incident, il n’y a pas de sanction à la clé. Belgocontrol adhère fortement au principe de la Just Culture, dans l’intérêt de ses collaborateurs et de la sécurité aérienne.

La stratégie de communication ouverte de Belgocontrol a été visible en 2016. Via le site internet www.batc.be, les riverains peuvent trouver toutes les informations sur l’utilisation des pistes à Bruxelles-National. Une version améliorée de ce site est en cours d’élaboration. Entretemps, les données afférentes aux atterrissages CDO y seront bientôt ajoutées. 

L’an dernier, le RAAS a été mis en service (Runway Allocation Advisory System), un software qui assiste les contrôleurs aériens dans leurs choix de pistes à utiliser. Les objectifs et le fonctionnement de ce nouvel outil ont été exposés en détail via divers canaux. Belgocontrol a invité les riverains sur le site de Steenokkerzeel en début d’année à cette fin. À terme, les informations relatives au RAAS seront également mises à disposition du grand public.

La Journée Découverte Entreprises, rapidement sold out une fois de plus, a manifestement démontré, s’il fallait encore le faire, que Belgocontrol attire beaucoup de visiteurs. Parmi plus de 27.000 amateurs ayant tenté de s’inscrire en ligne pour cette journée, 1.200 heureux invités ont pu visiter le site de Steenokkerzeel. 


Le futur

Malgré ce beau trajet effectué, le CEO de Belgocontrol, Johan Decuyper, est conscient des défis qui attendent son entreprise dans les prochains mois : « Nous poursuivrons la mise en œuvre du plan d’investissement. La plus grosse partie des investissements est justement prévue pour 2017 : 37 millions d’euros. Et Belgocontrol continue d’embaucher. Il y aura entre autres de nouvelles campagnes de recrutement pour contrôleurs aériens. » Belgocontrol tient à renforcer à plus long terme sa position au sein du secteur de l’ aéronautique en Europe. Johan Decuyper : « Dans les prochaines années, l’espace aérien européen subira de profonds changements. Non seulement nous participons à cette évolution, mais, par des partenariats, nous veillons aussi au fait que nous ayons notre rôle à jouer. Dans notre propre pays, nous avançons à grands pas dans la coopération avec la Défense, qui apportera des avantages tant opérationnels que logistiques et financiers. Enfin,  nous entretenons de bonnes relations avec les autorités et les organisations aéronautiques à l’échelle européenne afin de participer aux choix de l’aviation du futur et d’en rester un maillon indispensable. »

Interview d'Alain Du Bois, Safety And Quality Advisor chez Belgocontrol

Interview d'Erol Cetiner, météorologue chez Belgocontrol

Interview de Dirk Vuerinckx, contrôleur aérien et superviseur ACC chez Belgocontrol

Interview d'André Berger, Pilote et Director Flight Operations TUI fly Belgique et Pays-Bas