Parcours sans faute chez Belgocontrol en 2016

Au cours de l’année 2016, aucun incident ‘grave’ ni ‘important’ dû à Belgocontrol n’a été enregistré dans le trafic aérien. Les contrôleurs aériens prouvent ainsi qu’ils accomplissent jour après jour leur mission qui consiste à assurer la sécurité du trafic aérien.

Vendredi 20 janvier 2017


Chaque incident dans le contrôle aérien est enregistré et examiné. L’événement est catégorisé en fonction de sa gravité. Les catégories A (‘grave’) et B (‘important’) sont les catégories les plus élevées. Il peut s’agir par exemple de perte de séparation, c’est-à-dire des avions qui se rapprochent l’un de l’autre plus que ce qui n’est autorisé par les prescriptions (même minime). En 2016, il n’y a eu aucun incident de catégorie A ou B causé par Belgocontrol. C’est un résultat exceptionnel, même si Belgocontrol obtient dans ce domaine de très bons résultats chaque année, avec seulement quelques incidents à signaler. Comparé à d’autres ANSP à l’étranger, les performances de Belgocontrol sont très bonnes depuis déjà plusieurs années.


Pour éviter des incidents potentiels, Belgocontrol mise fortement sur une culture de notification ouverte. 


Alain Du Bois, Safety Manager de Belgocontrol : “Nous pouvons apprendre quelque chose de chaque accident, incident et événement (quasi-incident) pour éviter qu’ils ne se reproduisent dans le futur, même si la cause n’est pas imputable à Belgocontrol. C’est pourquoi il est très important de signaler chaque fait. Les contrôleurs aériens sont encouragés en permanence à rapporter des ‘erreurs commises’, à condition qu’ils puissent le faire en toute confiance. Ainsi, nous avons œuvré l’année dernière à la Just Culture : une culture où les collaborateurs sont conscients de l’importance de signaler des incidents tout en se sentant soutenus par le management.” 


Grâce à cette culture de notification, Belgocontrol a une très bonne vision du niveau de sécurité du système de navigation aérienne belge dans sa globalité. Dans cette optique, le contrôleur du trafic aérien analyse également des questions de sécurité  aérienne qui ne relèvent pas strictement de ses attributions et ce, dans l’intérêt des passagers et des pilotes. Il s’agit par exemple de l’aviation récréative, de sauts en parachute ou de pilotes qui sont gênés par des rayons lasers. Belgocontrol travaille sur ces sujets avec les secteurs concernés et les autorités compétentes et propose des mesures d’amélioration possibles.


Johan Decuyper, CEO de Belgocontrol : “La sécurité est inscrite dans notre ADN ; un trafic aérien sûr pour les passagers et les pilotes est et demeure notre priorité. D’autres aspects sont secondaires pour nous malgré la pression politique continue. Les aéroports, les compagnies aériennes et autres stakeholders de Belgocontrol sont également conscients du rôle considérable que nous jouons dans l’aviation au niveau de la sécurité. C’est la raison pour laquelle nous planifions avec eux un certain nombre de workshops dans le courant de l’année prochaine pour discuter de sujets spécifiques liés à la sécurité et examiner ensemble comment nous pouvons encore l’améliorer. On traitera entre autres de la sécurité des pistes de décollage et d’atterrissage, de la Just Culture, des drones et de la manière dont on peut continuer à garantir des opérations réussies sur le plan de la sécurité.”

Belgocontrol Safety nets